Concevoir des projets de recherche innovants pour lutter contre l'antibiorésistance en élevage

Stratégie d'innovation, animation d'ateliers de partage de connaissances et génération de projets 

En bref

La mission : Accompagner un réseau de chercheurs dans la construction de sa stratégie d'innovation et le développement de projets de recherche transdisciplinaires

En sortie : Une méthode d'organisation des réunions du réseau, la diffusion d'une culture de l'innovation et plusieurs projets de recherche financés avec succès 

Innover pour lutter contre l'antibiorésistance 

La résistance aux antibiotiques constitue l'un des grands challenges contemporains du domaine de la santé humaine et animale. L'usage intensif des antibiotiques en élevage, notamment comme facteurs de croissance, a conduit à une augmentation de l'antibiorésistance animale. Cet usage contribue à l'image négative que les consommateurs associent à la production animale. Dans le même temps, on assiste également à une croissance de la résistance aux antibiotiques au sein de la population humaine. Un rapport de l'ONU paru en Avril 2019 explique que l'antibiorésistance pourrait causer près de 10 millions de morts par an d'ici 2050 et impacter notre économie avec une ampleur similaire à la crise financière de 2008-2009.

 

Ces 20 dernières années, très peu de nouveaux antibiotiques ont été développés : pour lutter contre l'antibiorésistance, il nous faut donc être prudents concernant l'usage des antibiotiques existants et envisager de nouvelles stratégies d'innovation pour réduire la résistance. C'est dans ce contexte que le réseau R2A2 - Réseau Recherche Antibiotiques Animal - réunit depuis 2013 une centaine de chercheurs et d'industriels souhaitant explorer de nouvelles pistes innovantes sur le sujet. Ce réseau s'inscrit dans le cadre du métaprogramme GISA de l'INRA, métaprogramme destiné à faire émerger des projets de recherche transdisciplinaires. 

Déjouer les fixations disciplinaires

Ambition du réseau R2A2, la création d'un dialogue entre disciplines dans le but de faire émerger des projets de recherche innovants nécessite cependant un effort particulier. En effet, chaque discipline présente un vocabulaire et des notions qui lui sont propres et les scientifiques ont souvent tendance à se fixer sur les connaissances liées à leur domaine et à leur expertise spécifiques. L’identification de questions de recherche transdisciplinaires correspond ainsi à une véritable activité de conception, au cours de laquelle connaissances et concepts encore inconnus doivent être explorés pour éviter une fixation sur des recherches spécifiques à une seule discipline. Afin d’aider les chercheurs du réseau R2A2 à concevoir ces questions communes, des méthodes de conception innovante ont ainsi été mobilisées afin d’aider à organiser le dialogue entre les domaines scientifiques et à concevoir des questions de recherche transverses.

Piloter les activités du réseau avec la conception innovante

Afin de luttant contre les barrières à la fois cognitives et organisationnelles de l'innovation, la conception innovante permet notamment de construire un raisonnement innovant de façon rigoureuse en cartographiant le champ des possibles, en le déclinant en différentes actions et en pilotant sa mise en œuvre au sein des organisations. 

Le Réseau Résistance Antibiotique Animal de l’INRA a tout d'abord mobilisé cette approche afin de construire un panorama exhaustif de pistes innovantes sur la lutte contre l’antibiorésistance en élevage. À partir d’un premier panorama, il a pu définir un planning hiérarchisant les opportunités à explorer en priorité, proposer un séquençage des réunions du réseau, et piloter l’exploration de chacune des pistes innovantes avec un collectif d’industriels, de chercheurs et d’acteurs institutionnels selon une approche adaptée d'animation de réunion. Chaque exploration collective a permis en retour d’enrichir le panorama initial.   

L'organisation des réunions du réseau 

 

Cette cartographie de pistes innovantes a permis de séquencer les réunions du réseau par thèmes, de définir les connaissances à introduire, ainsi que les concepts à explorer au cours des réunions. Chaque réunion commençait ainsi par une phase de partage de connaissances au cours de laquelle des intervenants présentaient soient des exposés relevant de l'état de l'art récent, soient des connaissances surprenantes et décalées, destinées à favoriser la génération d'idées en seconde partie d'atelier. Une phase de génération de concepts invitait ensuite les participants à proposer des projets de recherche originaux. Au cours de cette phase, les participants étaient en général répartis en trois sous-groupes explorant chacun une thématique différente : la liste ci-dessous présente différentes thématiques explorées au cours des réunions du réseau. 

 

Les réunions du réseau ont abouti à la formulation et la soumission de plusieurs projets de recherche dont la majorité fut financée avec succès.

 

Conclusion : La conception innovante comme outil pour adresser les grands challenges ?

Stopper la progression de l'antibiorésistance fait partie des grands challenges auxquels fait face aujourd'hui l'humanité. Pour adresser ces challenges, il est nécessaire de sortir des schémas de pensée et des modes d'action habituels : en effet, ces derniers nous conduisent souvent à proposer des améliorations incrémentales (comme de nouvelles molécules antibiotiques), là où il faudrait pouvoir proposer un changement de paradigme (développer des approches préventives, agir sur la pathogénèse plutôt que sur le pathogène, ou encore stopper la diffusion des gènes de résistance dans l'environnement).

Parce qu'elle favorise la sortie des voies de fixation et permet de piloter la recherche de rupture, la conception innovante permet ainsi d'outiller efficacement l'exploration des réponses aux grands challenges (Voir aussi l'article Agrifood sur la conception de systèmes alimentaires plus durables). 

Pour en savoir plus sur l'accompagnement du réseau R2A2 et ses résultats :

L’EFFET DE FIXATION

Les sciences cognitives ont montré que le cerveau humain éprouve une difficulté naturelle à s’éloigner de ce qu'il connait pour proposer des idées nouvelles : nous avons ainsi tendance à être fixés par les connaissances que nous avons acquises et à formuler des idées relativement classiques.

Dans le domaine de la recherche, ce phénomène de fixation se traduit notamment par une difficulté à se dégager des logiques disciplinaires. Les méthodes de conception innovante aident à surmonter ces effets de fixation pour favoriser la création de questions ou projets de recherche transversaux.

2020

Contact

  • Noir LinkedIn Icône

© 2020 D'où viennent les bonnes idées