Une nouvelle innovation de rupture pour le savon : Mother Dirt by AOBiome

En 2009, Smixin (spin-off du groupe Creaholic) introduisait une petite révolution dans l’univers de l’hygiène : elle lance sur le marché un système permettant de se laver les mains avec 10 fois moins d’eau qu’à l’habitude, pour un résultat équivalent. La nouvelle station de Smixin permet en effet de délivrer un mélange eau/air/savon optimal pour le lavage des mains et très facile à rincer. Un demi-verre d’eau suffit pour tout le processus lavage/rinçage, réduisant ainsi la consommation d’eau de façon drastique.

Cependant, le concept sur lequel se base Smixin reste identique à celui intervenant dans le lavage des mains standard : utiliser un mélange eau/air/savon pour nettoyer la peau. Afin d’aller plus loin dans la rupture, on peut se demander s’il ne serait pas possible de se passer complètement de savon…

Nous dispenser de douches, de shampoings ou de déodorant ? C’est la promesse de la marque Mother Dirt créée en 2013 par la start-up AOBiome. La marque propose un cosmétique en rupture où le savon est remplacé par un probiotique à pulvériser sur la peau. Ces bactéries « amicales » (bactéries oxydant l’ammoniac) coloniseraient notre peau en empêchant les mauvaises bactéries de s’y développer et d’occasionner sueur et mauvaises odeurs. Et cela fonctionne ! Les utilisateurs de Mother Dirt confient qu’ils prennent moins de douches, se lavent moins souvent les cheveux et vont même jusqu’à se passer totalement de déodorant. David Whitlock, l’ingénieur chimiste fondateur de Mother Dirt, affirme quant à lui ne pas avoir pris une seule douche en 12 ans !

L’adoption du produit est bien souvent motivée par une volonté de mieux respecter sa peau et d’utiliser des produits d’hygiène plus naturels. Les early adopters de Mother Dirt présentent fréquemment un profil classique d’explorateurs : la marque rencontrerait notamment un joli succès auprès des créateurs de start-up. Mais la gamme Mother Dirt est également testée par des early adopters moins conventionnels, et en particulier, par des personnes souhaitant atténuer un problème de peau chronique. En effet, nous avons bien souvent tendance à penser qu’une peau « propre » est une peau « stérile », c’est-à-dire vierge de toute bactérie, y compris de celles qui lui sont bénéfiques. Sous prétexte de nettoyer notre peau, nous avons tendance à la stériliser au risque de l’agresser et de perturber son microbiote. Or, de nombreux problèmes de peau tels que l’acné, l’eczéma, ou encore la dermatite atopique pourraient être favorisés par un tel excès d’hygiène. En pulvérisant de bonnes bactéries sur notre peau, le spray de Mother Dirt nous aiderait donc à conserver une peau réellement propre et saine.

Ainsi, l’innovation de rupture introduite par Mother Dirt bouleverse totalement le principe de base de notre hygiène actuelle : il ne s’agit plus d’éliminer des bactéries mais d’en ajouter, les bonnes bactéries régulant les mauvaises. Un tel principe de respect du microbiote fait également son chemin dans le domaine de la santé et on peut imaginer qu’aux antibiotiques se substitueront bientôt, massivement, des probiotiques prescrits de façon préventive. Le respect du microbiote intestinal, qui jouerait un rôle central dans notre immunité, deviendra sans doute un nouvel enjeu de la médecine. De la même façon, le respect du microbiote cutané pourrait bien devenir le leitmotiv de la cosmétique de demain.

À quand des probiotiques au rayon gel douche de nos grandes surfaces ?

Sources :

http://motherdirt.com

http://www.businessinsider.fr/us/i-showered-myself-in-bacteria-for-a-week-2015-11/

Garel, G., & Mock, E. (2012). La fabrique de l'innovation. Dunod.

Enders, G. (2015). Le Charme discret de l’intestin. Actes Sud. 

Mother Dirt.jpg
Bactéries_Jill_Enders_2.tiff

2020